Jouer Dieu
Photo par Chris Brown
Photo par Chris Brown
Par


« Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument. » — John Emerich Acton, historien britannique

« Ce n’est pas le besoin, ce n’est pas le désir—non, c’est l’amour de la puissance qui est le démon des hommes. Qu’on leur donne tout, la santé, la nourriture, le logement, l’entretien—ils demeureront malheureux et capricieux car le démon attend et attend toujours, il veut être satisfait. » — Friedrich Nietzsche, philosophe allemand

« Il n’y a pas le pouvoir. Il y a l’abus de pouvoir, rien d’autre. » — Henry de Montherlant, auteur français

J’ai confessé dans un article antérieur que le pouvoir est l’une de mes soifs et que je me demandais pourquoi il était si controversé pour moi de l’avouer. Cependant, notre dernière conversation m’a en quelque sorte laissée sur mon appétit. J’ai encore plus de questions qu’avant, dont celle-ci :

Pourquoi est-ce que le pouvoir corrompt si facilement?

Comme l’a dit Platon, la plupart des hommes une fois arrivés au pouvoir deviennent méchants. Pourquoi? Après tout, les effets néfastes du pouvoir semblent être la raison principale pour laquelle notre culture est allergique au pouvoir.

L’une des idées sous-entendues dans les citations ci-dessus est que le problème fait partie du pouvoir lui-même. Pour plusieurs, le pouvoir est mauvais en soi. Dans le meilleur des cas, c’est un mal nécessaire pour le fonctionnement de la société et la survie de l’humain. Sous cet angle, l’une des idées qui semblent revenir le plus souvent est l’exclusivité du pouvoir. On décrit le pouvoir comme étant un jeu à somme nulle. Ce que je gagne en pouvoir, un autre va perdre quelque part dans le système. Certains penseurs ont la conviction que le pouvoir ne peut être autre chose que la domination.

Et si c’était plus que ça? Après tout, dans la vie de tous les jours, on peut voir des situations où le pouvoir n’est pas nécessairement exclusif. On n’est pas obligé de dominer pour être performant. C’est comme ça qu’on travaille en équipe. C’est comme ça qu’on enseigne aux autres.

Se pourrait-il que pour arriver au coeur du problème, il faille creuser plus profond?

Ça me fait penser à une entrevue d’un journaliste qui avait voyagé en Inde pour se renseigner sur l’esclavage moderne. Il raconte qu’il s’en allait rencontrer le directeur d’une organisation humanitaire là-bas. Les deux s’apprêtaient à visiter des villages dans un district où, historiquement, 80 % des enfants sont esclaves. C’est alors que le directeur indien, désirant préparer le journaliste à voir une telle injustice de ses propres yeux, lui fit part d’une pensée frappante : « Lorsque vous voyez de la pauvreté comme nous allons en voir aujourd’hui, vous devez réaliser une chose. Ce n’est pas vraiment à propos de l’argent et ce n’est pas vraiment à propos du pouvoir politique. C’est plutôt un signe que quelqu’un s’est substitué à Dieu dans la vie d’autres personnes. »

Je pense que cet homme est sur une piste. Et si le problème n’était pas lié au pouvoir, mais plutôt à la façon dont nous l’utilisons?

Selon le christianisme, le pouvoir est un cadeau. Dieu a créé les humains à son image et leur a donné la responsabilité de prendre soin de la planète. Le pouvoir était bon. Il avait (et a toujours) sa place dans notre société, mais l’homme fut séduit par un pouvoir déplacé. L’histoire nous raconte que l’homme succomba à la tentation de jouer Dieu, c’est-à-dire de tenter de contrôler son destin à la place de Dieu. En un seul mot, c’est l’orgueil. La créature se serait prise pour son Créateur et c’est là que l’humanité a vu son premier abus de pouvoir. Depuis, nous continuons de nous exercer à bâtir nos propres empires sans être capables de bien gérer le pouvoir pour autant.

Est-ce que je peux t’avouer une frustration personnelle?

Même si j’aspire au pouvoir pour faire de bonnes choses, je trouve que ça finit toujours par me tromper d’une manière ou d’une autre. Tu te souviens de cette scène dans Le Seigneur des Anneaux où Gandalf le Gris est tenté par l’Anneau Unique? Peut-être comme moi, tu te demandais s’il avait perdu la tête! N’a-t-il pas vu de ses yeux tout le chaos que l’Anneau causait dans la Terre du Milieu? Mais as-tu déjà remarqué à quoi il pense lorsqu’il est à deux doigts de s’en emparer? Il pense à tout le bien qu’il serait capable d’accomplir avec le pouvoir de l’Anneau. Sauf qu’au plus profond de lui, il sait que c’est un mirage.

L’Anneau du Pouvoir peut transformer même les Gandalfs de ce monde en Gollums. Malgré nos rêves les plus nobles, nos meilleures intentions ne peuvent nous protéger des tentations rattachées au pouvoir. Un pouvoir qui semble toujours finir par corrompre. Quelqu’un a l’antidote?

Articles similaires