L’espoir de Noël
photo par Kevin Dooley
photo par Kevin Dooley
Par


J’aime Noël. J’aime comment les rues, brillantes de lumières et de décorations, scintillent autour de moi quand je marche dans la nuit. J’aime comment les premiers flocons qui flottent  doucement dans les airs  inspirent l’émerveillement des petits et des plus grands. J’aime comment on n’a pas besoin de chercher très loin pour voir des actes de générosité et de bienveillance. Le monde est beau durant le temps des fêtes.

D’un autre côté, je suis souvent déçue par Noël. Je me retrouve, plus souvent qu’autrement, à me demander pourquoi on se donne tant de peine. Je ne veux certainement pas que vous pensiez que je suis une personne amère et grincheuse qui passe son temps à pleurnicher. Loin de là!  Je participe avec joie et enthousiasme à une panoplie d’activités des fêtes. J’ai une famille chaleureuse et des amis formidables avec lesquels j’ai de très bons souvenirs. D’un point de vue extérieur, il n’y a aucune raison pour justifier ma mélancolie.

Des fois je me dis que si le 25 Décembre était une journée régulière, je la trouverais plutôt fantastique. Je me dis que si je n’avais pas toutes ces attentes, chaque Noël serait réellement joyeux. Et pourtant, chaque mois de Décembre, on dirait que le monde se remet à rêver avec moi. La musique dans les magasins nous parle d’un jeune couple qui a trouvé l’amour sous les flocons. À la télé, on voit une famille qui, au travers d’une aventure formidable, s’unie et règle toutes ses disputes autour d’un festin de Noël. On raconte les histoires d’amis qui fêtent joyeusement sans aucun souci et des gens qui, par leurs actes de bonté, aident les gens plus démunis dans leurs villes. Toutes ces choses nous font espérer.

Pour la majorité d’entre nous, notre expérience n’est pas aussi féérique. Les tensions dans notre famille ne disparaissent pas par magie. Il n’y a pas plus de paix sur la terre et nos soucis disparaissent pour un maximum de 24 heures.  Noël, bien qu’une fête formidable, n’a pas changé nos vies, ni réglé tous nos problèmes. Vue de cette façon, ma mélancolie me semble de plus en plus raisonnable.

Pourtant, nos cœurs continuent à rêver. C’est comme si Noël était notre façon d’exprimer une soif de quelque chose de plus grand, d’une vie meilleure. Mais y a-t-il de l’espoir? Est-ce que nos cœurs soupirent pour quelque chose d’inatteignable?

La naissance d’un petit bébé vient tout changer.  Ce petit bébé, devenu adulte, viendra changer le cours de l’humanité. Le Dieu de l’Univers nous aimait tellement qu’il était prêt à venir sur la terre et à connaître la souffrance, la tristesse et  la déception, pour que nous puissions connaître la réponse à nos soifs. Il était prêt à donner sa vie afin de nous donner l’opportunité de connaître la vie réelle qui se trouve dans une relation personnelle avec Dieu. Chaque Noël, nous célébrons la naissance de celui qui, si nous choisissons de lui donner notre confiance, est la réponse à nos soifs et à nos espoirs, et même au-delà.

C’est pour cette raison que je continue de célébrer Noel. Ce n’est pas parce que c’est une journée magique qui règlera tous mes problèmes mais plutôt parce qu’elle me donne de l’espoir pour le futur, une espérance  qui  est placée sur quelqu’un de bien plus grand qu’une seule journée sur le calendrier.

Articles similaires