Ma soif controversée
enderjaisoif

Par


Les films de science-fiction me fascinent depuis toujours. Un film qui m’a vraiment prise par surprise est La Stratégie d’Ender. D’après les bandes-annonces un peu enfantines, je ne m’attendais juste pas à ce que ce soit bon.

Le film part. La terre est en guerre avec une espèce extraterrestre nommée les Doryphores, l’équivalent de grosses bibittes intergalactiques. Celles-ci se sont emparées de plus de 80 galaxies à elles seules. Même si les humains se sont déjà défendus avec succès contre les Doryphores dans le passé, ce n’est qu’une question de temps avant que la terre ne soit conquise une fois pour toutes. Ils sont vraiment plus forts et nombreux que nous. Mais il y a de l’espoir sous la forme d’une école qui entraîne des enfants dans l’art de la guerre spatiale. Seulement les meilleurs s’y rendent et un jeune surnommé Ender en fait partie. L’histoire suit en gros le progrès fulgurant d’Ender à travers les niveaux ascendants de l’école. Ender, jeune génie, devient en un temps record un leader exceptionnel… Si vous ne l’avez pas vu (ou lu, c’est basé sur un livre) je vais arrêter mon résumé ici sinon je risque de vous gâcher le film!

Dans les jours qui suivirent mon premier visionnement du film, j’étais complètement en amour avec l’histoire. Je la trouvais si inspirante et homérique… et je ne savais pas pourquoi. C’est en parlant avec des gens qui me connaissent bien que j’ai pu en constater la raison. Premièrement, je m’identifie beaucoup avec Ender. J’ai tendance à trouver mon identité dans les accomplissements et j’ai moi-même gravi les échelons avec les cadets de l’air assez rapidement. Ayant étudié en affaires, je suis passionnée de tout ce qui est vision, leadership, stratégie, impact, innovation, surpassement de soi, etc. Mais il y a une deuxième et meilleure raison. Le film résonne fort en moi parce que c’est l’histoire que j’aimerais avoir.

Je peux résumer tout ce qui me passionne dans La Stratégie d’Ender en une seule soif. Moi Elizabeth Lecavalier, j’ai une confession à vous faire.

J’ai soif de pouvoir.

Oui, de pouvoir.

Pas très populaire hein? Je l’ai découvert assez rapidement merci. Lors d’un café discussion que j’aidais à organiser à l’université de Sherbrooke, je me souviendrai toujours de ma conversation. On parle de nos aspirations et moi j’identifie la mienne comme étant le pouvoir sans trop y penser. Vous auriez dû voir leur réaction: « Euh… t’es sérieuse? Ah OK… intéressant… » « Moi je n’ai pas soif de pouvoir… comme certaines personnes. Je trouve que ceux qui ont soif de pouvoir finissent par se corrompre, un peu comme avec la commission Charbonneau ou Hitler. » Je sais qu’ils me taquinaient un peu ce jour-là, mais il y avait un fond de sincérité dans leurs commentaires. Pourquoi est-ce si controversé de parler du pouvoir comme étant quelque chose de bon? Il me semble que ce n’est pas la seule soif qui peut tourner au vinaigre. En fait, pour emprunter d’un autre film de science fiction, chaque soif possède un côté lumière et un côté obscur.

Alors qu’on a tort de percevoir seulement le côté obscur du pouvoir, il est tout de même très sain d’avoir la crainte du pouvoir. Contrairement aux autres soifs (voyage, amour, liberté, etc…) la quête de pouvoir peut porter des conséquences titanesques pour le meilleur et pour le pire. Et on dirait qu’on a surtout vu le pire à travers l’Histoire. Il y a des dangers très sérieux attachés à la quête du pouvoir. Cela dit, même si ma société, sur papier, a une aversion au mot pouvoir, dans les faits on la désire beaucoup. On veut pouvoir changer les choses. On veut pouvoir accomplir nos rêves. On veut plus de pouvoir du côté du peuple. Mais c’est du pouvoir quand même, non? C’est la capacité de faire quelque chose. C’est toute chance de triompher malgré les obstacles.

Ça m’amène à d’autres questions. D’où vient ma soif de pouvoir? Pourquoi qu’avant même que j’aille une once de leadership en moi, tout en moi désirait (et désire toujours) être ce leader que les gens admirent tant? Mais surtout, qu’est-ce que je vais faire du pouvoir qui m’est accordé? La citation classique de Spider-Man me vient en tête: « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. » Dans la Stratégie d’Ender, sans aller dans les détails (spoilers!), on voit que le pouvoir peut causer des victoires autant que des catastrophes. Et des fois, le même évènement semble faire parti des deux catégories simultanément.

Moi ainsi que plusieurs d’entre vous avons soif de pouvoir. Comment pouvons-nous rechercher le pouvoir pour le bien en évitant les pièges? Est-ce même possible?

Note de l’éditeur : Cet article est le premier d’une trilogie qui explore notre soif de pouvoir. Pour lire la suite, cliquez ici.

Articles similaires

  • David

    Demande a Dieu de rediriger cette soif vers lui. Ça va tout changer. Va lire jean 4.(tu connais surement déjà l’histoire donc avant de lire prie pour que Dieu te révèle ce qui changera tout).
    Ne partages pas la soif qui revient a Dieu avec quelque chose d’autre.
    Ne recherche pas le pouvoir , recherche Dieu. (je sais que c’est facile a dire )

    • Elizabeth Lecavalier

      Merci David de partager ce passage; c’est un de mes préférés! En fait, c’est même l’inspiration derrière le concept de JaiSoif.ca. Ma conviction est que ce n’est pas possible de trouver notre satisfaction ultime en autre chose que Jésus. Et comme tu le dis, c’est plus facile à dire qu’à faire parce qu’on a tendance à chercher cette satisfaction ultime ailleurs (Jérémie 2:13 donne un lien intéressant avec Jean 4).

      Je pense qu’avant d’arriver à des réponses, c’est bien aussi de se poser de bonnes questions ensemble. C’est un des buts du blog. Une phrase que j’ai entendu dans un documentaire sur la spiritualité au Québec me vient en tête : « Nous pouvons avoir des réponses différentes mais n’oublions pas que nous avons la question en commun. C’est cette question qui nous fait homme. » Peut-être que si on prend le temps de savourer les questions, on va savourer encore plus la bonne réponse lorsqu’on a trouve.

      Cet article ci-dessus est le premier épisode d’une trilogie qui explore notre soif de pouvoir. Merci tellement d’avoir prit le temps de participer à la discussion!

      • David

        Ok d’accord, je comprend :) ,je lirai peut-être les deux autres épisodes, mais n’oublions pas que Jésus revient bientôt , évitons toutes distractions. Veillons , et surtout ne nous laissons pas séduire. Le temps est compté , chaque seconde compte, que Dieu nous aide a bien compter nos jours. Comme tu l’as dit , Jésus est la source de satisfaction ultime.Il nous suffit.