Odyssée interstellaire
Photo par Sweetie187
Photo par Sweetie187
Par


Il n’y a rien comme lever les yeux vers un ciel étoilé, et avoir la peur soudaine que nos pieds vont quitter la terre ferme pour nous laisser tomber dans l’infini.

Cette sensation étrange d’être aspiré par le vide m’a pris par moments alors que je visionnais le film Interstellaire, et que j’ai ensuite regardé chez moi 2001, l’Odyssée de l’espace. M’immerger dans ces deux films m’a fait réaliser à quel point je voulais vivre. Mon adrénaline monte juste à m’imaginer dans la peau d’un des personnages.

Vous sentir bien en sécurité dans votre capsule spatiale, jusqu’à ce que votre voisin vous fasse réaliser que tout ce qui vous sépare du vide, c’est un peu de tôle.

Sortir du vaisseau pour effectuer une réparation, à un faux mouvement de basculer dans l’obscurité.

Être projeté dans le vide, trahi par un ordinateur en délire, et flotter parmi les étoiles… Sans oxygène en réserve.

Être en mode survie, avec des ressources extrêmement limitées, à la merci d’un coéquipier qui croit que sa seule chance de continuer à vivre est de vous laisser mourir derrière lui.

Mon univers est petit, et plein : mon logis, ma nourriture, mes loisirs, mes livres, ma musique, mes films, ma famille, mes amis. Mais mon univers n’est qu’un grain de sable dans l’espace, et nous sommes tous des poussières. Nous sommes des poussières qui veulent survivre, des poussières convaincues que notre vie a un sens.

Avons-nous tort?

Si nos vies ne sont pas précieuses, pourquoi poursuivre désespérément dans le vide le corps pratiquement inanimé de notre compagnon au péril de notre propre vie? Pourquoi attendre qu’un retardataire monte dans la navette avant de démarrer alors que la vague géante risque de tous nous engloutir?

Quand la vie d’une personne est en danger, notre coeur sait qu’il est noble de tout risquer pour la sauver.

Est-ce que nos vies ont réellement un sens?

Naviguer dans l’espace nous fait réaliser à quel point notre planète Terre est précieuse. Et je ne peux m’empêcher de croire que c’est un endroit conçu sur mesure pour nous.

Dans Interstellaire, on parle d’extraterrestres qui nous secourent en plaçant pour nous une porte vers d’autres systèmes, puis nous nous rendons compte que finalement les extraterrestres, c’était peut-être nous. Nous devenons alors nos propres sauveurs, pour l’amour de la prochaine génération.

Dans 2001, l’Odyssée de l’espace, un monolithe extraterrestre semble être à l’origine de la connaissance ou même de la vie.

C’est bien poétique tout ça, mais la réalité?

Il y a 2000 ans, un homme a foulé notre terre, prétendant ne pas être de ce monde, mais en être l’origine. Il a marché sur l’eau, arrêté le vent et la pluie, guéri les malades, ressuscité les morts. Il a dit être venu pour réconcilier l’humanité avec lui. Et il s’est sacrifié lui-même pour devenir notre sauveur.

Prendre conscience de la grandeur de l’univers nous porte à croire que nous ne sommes rien, mais pour celui qui est l’origine de l’univers, nous sommes tout.

Articles similaires

  • Louis R

    Effectivement.
    La grandeur de l’univers, l’improbabilité de notre habitat (la Terre, on en connait beaucoup des pareilles ? sérieusement), l’imprévisibilité de notre existence avec tout ce qu’elle comprend. En fait, il faut être psychotiquement entêté pour ne pas être ébranlé et s’interroger devant tout cela, devant notre quotidien, devant ce qu’on a en face de nous « drette là ».
    Mais voilà, nous sommes psychotiquement entêté. Alors, évidemment, comme disait l’autre (et tout bon psy), ce sont les autres qui sont fous, c’est le monde qui est absurde, pas nous …
    On se regarde dans le miroir et on a devant nous un mystère. On regarde par la fenêtre, et encore un mystère. Qu’est-ce que c’est que tout ça ? Pourquoi cet ordre, ces lois naturelles (physiques, etc), cet improbable confort, cet étonnant besoin (quasi-maladif) de sens et de rationalité cohérente. Même pour prouver que le monde est absurde, on se donne le devoir de le prouver … rationellement ! Quelle connerie ! Si le monde n’a pas de sens, pourquoi prouver quoi que ce soit à qui que ce soit pour quoi que ce soit.
    Non. Rien ne nous ébranle. Tout vient de rien pour rien et c’est la vérité. Mais il n’y a pas de vérité, parce que tout est relatif et évolue. Donc, … Donc, quoi. Donc, rien.
    Ah! Bon.
    Un chausson avec ça …?!

    • Jacques Robitaille

      Je ne me rappelle pas où j’ai lu ça, mais un astronaute en voyant la terre de l’espace, avait le goût d’emmener quelques politiciens avec lui juste pour leur dire « Regardez ça, idiots! ».

      On appelle ça « changer de point de vue ».

      Merci pour la proposition de chausson, mais une chanson ça va faire pareil.

      Detach from station and may God’s love be with you…
      https://www.youtube.com/watch?v=KaOC9danxNo

    • David

      Donc tu vois , ce n’est pas si dure de croire en lui…