Performance et perfection : la course vers la mort
visage-craquele_original-297x300

Par


Quand j’étais jeune, j’attendais beaucoup de la vie : je me voyais réussir dans tout ce que j’entreprenais et je me voyais aimée par tous. J’ai donc suivi le chemin tout indiqué par la société: être gentille avec les autres, être belle, être mince, bien réussir à l’école, être populaire, être drôle, avoir un chum, avoir une bonne job. J’ai essayé, j’ai vraiment tout essayé ce que la société m’a enseigné pour réussir ma vie.

Mais plus j’essayais de réussir selon le modèle, moins je me sentais aimée pour ce que j’étais et plus ça me rendait malade. Je me sentais contrainte par les standards à atteindre, je ne me sentais pas du tout libre d’être moi-même : j’avais la nette impression que pour réussir et pour être aimée, je devais projeter une image de fille performante et parfaite à tous les niveaux. La vie me semblait comme une terre aride où aucune pluie et aucun rayon de soleil ne peuvent pénétrer. Je m’asséchais. Je suffoquais. J’avais envie de mourir.

C’est ce moment de ma vie que Dieu a choisi pour se révéler à moi. Non, un ange ne m’est pas apparu et non, je n’ai pas entendu de voix venant du ciel! Mais une personne est venue me parler de Dieu et de la possibilité d’avoir une relation personnelle avec Jésus. Au début, je riais à l’intérieur. Une relation avec Dieu à travers Jésus, elle est bien bonne celle-là! Totalement passé date! Mais j’ai vu comment les individus qui avaient cette relation avaient une force intérieure et une sérénité face à la vie que je n’avais jamais vues ailleurs.

Alors j’ai voulu en savoir plus, j’ai voulu savoir si ce qu’ils croyaient pouvaient être la vérité. Et j’ai réalisé à quel point ce qui est enseigné dans la Bible et ce qui m’est arrivé correspondaient. C’est étonnant ce qu’on peut y découvrir. C’est très différent de certains enseignements de notre jeunesse. Ça ne consiste pas en une tonne de règles à suivre, mais plutôt en une narration de la relation entre Dieu et les hommes depuis le début des temps. En la lisant, j’ai réalisé comment Dieu nous aime, comment il est venu nous libérer de notre fardeau et comment il souhaite prendre soin de nous.

Depuis que j’ai accepté de m’ouvrir à Jésus, ma vie a commencé à se transformer : j’ai été petit à petit libérée de ma colère, de mon désespoir, de mes tourments, et surtout, de la pression de performer. Oui, certains jours, cette pression remonte à la surface et me trouble. Mais de plus en plus, j’ai cette force et cette paix face à la vie qui me dépasse totalement. Je n’ai pas une vie parfaite parce que j’ai une relation personnelle avec Jésus. J’ai encore soif de liberté, mais la différence, c’est que maintenant je sais où aller la puiser.

  • David

    N’est-il pas merveilleux notre seigneur? merci pour ce partage.